Select your Top Menu from wp menus

Compte rendu de la réunion sur l’écrevisse signal

 

 

 

Réunion « Etude écrevisse signal du Haut-Agout »

Lundi 12 juin 2017

 

La réunion est organisée entre :

  • Les responsables de l’AAPPMA de Brassac ;
  • Julien Cucherousset, CNRS – Laboratoire Evolution & Diversité Biologique Université Paul Sabatier, Toulouse, France ;
  • Melle Bénédicte PROUFF, Fédération du Tarn pour la Pêche et la Protection du Milieux aquatique.

L’objectif est de faire le point sur les relevés entamés par l’AAPPMA dans le cadre de l’étude et de définir les suites à y donner.

 

  1. Lafontas de l’AAPPMA présente le travail réalisé par l’AAPPMA :
  • Des relevés par pêche à la balance ont été réalisés sur l’Agout pendant l’année 2016 ;
  • En 2017, ils seront poursuivis avec un effort complémentaire sur la localisation, une sectorisation précise tous les 500 m ayant été établie.
  • Une journée de présentation de l’étude à d’éventuels bénévoles intéressés a été organisée le lundi 5 juin et a permis de recruter 5 personnes en complément.

 

  1. Cucherousset valide les fiche terrains présentées :
  • La localisation tous les 500 m lui parait appropriée pour l’étude.
  • Les renseignements de temps de pêche et de nombre de balances seront utilisés pour calculer des Captures Par Unité d’Effort (CPUE) afin de comparer les densités entre les stations.
  • Il précise à l’AAPPMA que des relevés sans présence d’écrevisses sont au moins, voire plus importants qu’avec et qu’il faut les lui fournir également.

 

 

 

 

  1. Hauc présente son travail de relevé des paramètres physico-chimique de l’eau :
  • Les relevés sont effectués toutes les semaines ;
  • Il a noté que les écrevisses sont sorties à 12°C et qu’elles ont commencé à être capturables à 13°C ;
  • Les derniers relevés indiquent une température de 17°C
  1. Cucherousset valide ces relevés qui sont très importants pour comprendre les périodes d’activité de l’écrevisse et les relier aux températures. Il propose d’envoyer à l’AAPPMA des enregistreurs de température à placer à différents endroits du cours d’eau afin d’avoir, en complément, des relevés en continu.

Concernant les suites à donner à ces relevés, les objectifs seraient de :

  • Quantifier l’impact et les déséquilibres induits par l’écrevisse signal sur son environnement : macro-invertébrés, faune piscicole, …
  • Mettre en place des solutions de contrôle des populations.

Sur la question du contrôle des populations, M. Cucherousset précise qu’il serait plus efficace de tenter de réaliser ce contrôle sur les affluents, au vu de leur taille plus réduite mais également des enjeux plus importants. En effet, les affluents sont le lieu principal de reproduction des truites et permettent d’alimenter les cours principal de l’Agout. En outre, certains de ces affluents abritent encore des écrevisses à pattes blanches à protéger.

Il est donc important d’effectuer des relevés sur les affluents également, pour définir en premier lieu :

  • Les affluents qui ne seraient pas encore colonisés par l’écrevisse signal ;
  • Le front de remontée de l’écrevisse sur les autres.

Bénédicte propose d’envoyer aux participants la carte des principaux affluents afin que les membres de l’AAPPMA puissent en prendre chacun 1 ou 2 à charge pour les suivis. Elle se rapprochera également de l’AFB pour avoir un retour sur les inventaires d’écrevisses à pattes-blanches. L’AAPPMA demande si la présence d’éventuelles maladies chez l’écrevisse signal peut être visible ou si des examens sont nécessaires. Bénédicte se renseignera également sur le sujet auprès de l’AFB.

 

 

 

 

  1. Cucherousset travaille dans son laboratoire sur la problématique des espèces invasives et notamment sur les impacts des écrevisses de Louisiane et Américaines dans les gravières de la Haute-Garonne.

Il précise qu’il est en mesure de mettre en œuvre dans le cadre de l’étude, différents types d’analyses :

  • Mesure de l’impact de l’écrevisse sur la croissance et l’alimentation de la truite ;
  • Analyse par ADN des espèces consommées par l’écrevisse, et par isotopes du stade de consommation (œuf, alevin, …).
  • Suivi du déplacement des individus par balises ;

 

Pour la suite de l’étude la méthodologie suivante a été définie :

  • Cucherousset fournira 5 thermomètres enregistreurs à l’AAPPMA pour le suivi de températures ;
  • Durant l’année 2017, l’AAPPMA poursuivra ses relevés aux balances, et aux nasses sur le cours principal de l’Agout si la DDT nous en donne l’autorisation ; Une autorisation spécifique sera également demandée à la DDT pour poursuivre les relevés jusqu’à l’arrêt d’activité des écrevisses, aux environs du mois de novembre ;
  • L’AAPPMA travaillera également pendant l’année 2017 à la régulation des populations sur les affluents de l’Agout ;
  • Entre février et mai 2018, M. Cucherousset confiera à un stagiaire du MASTER Ecologie, l’analyse des relevés et la recherche bibliographique des études et solutions pouvant avoir été testées ailleurs ;
  • Cucherousset et Melle Prouff travailleront à partir de ses données sur la rédaction et le chiffrage d’un projet d’étude qui pourrait faire l’objet d’une thèse à partir de 2019. Ils rechercheront également les solutions de financement adéquates.

 

B.P., le 14/06/2017